Il est tout juste 8 heure et le jour se lève. J’arrive le premier dans l’affût de la réserve de Saint Quentin. Déjà en train de chercher quelque chose à voir, je sors à tâtons mon appareil de son sac quand quelque chose accroche mon regard. Un gros oiseau, vient vers l’affût, il a un vol agité … c’est un Héron cendré, et il secoue sa drôle de tête bizarrement… mon appareil est coincé dans le sac… mais pourquoi agite-t-il la tête comme cela ?

Ce superbe voilier vient droit sur moi… ça y est j’arrive à sortir l’appareil, je vire le cache, je débloque le zoom, je pousse le sélecteur de Off en On, j’ajuste le téléobjectif … pourquoi bouge-t-il la tête comme ça ?

Incroyable, il a au bout du bec un beau poisson brillant qui gigote et se débat allant jusqu’à secouer la tête de son harponneur.

Mais alors que je commence à photographier la scène mon cache tombe et rebondit sur le plancher de l’affût.

L’appareil continue de saisir l’instant, et je me demande ce que pense le poisson de son douloureux baptême de l’air…

Trahi par le bruit du cache sur le plancher, le Héron regarde dans ma direction et décide d’aller festoyer ailleurs. D’un bond il reprend l’air, et le poisson suis la manœuvre bien malgré lui, poignardé et suffoquant…

La scène a duré 10 secondes, je m’assieds et je ferme doucement la bouche, les yeux encore fixés sur la mare. Un visiteur rentre alors dans l’affût, il me chuchote :  » Vous avez vu quelque chose d’intéressant ? » … « Oui, un poisson volant ».

C’est la premier fois que je sors mon appareil … il va falloir que j’apprenne la discrétion !

0 53