Les Courlis corlieu font une pose

Ce matin je teste mon nouvel affût mobile. Il est composé d’un mini canote pneumatique complètement recouvert d’un vieux polo marron/vert et d’un filet de camouflage acheté sur le site le la Boutique LPO. Il me permet d’avancer à plat ventre dans la vasière sans trop me mouiller et en protégeant l’appareil photographique.
Arrivé au fond de la baie le temps est capricieux. Les bourrasques de grêle viennent entrecouper les éclaircies de ce soleil levant. A moins que ce ne soit l’inverse…
Je commence à ramper vers la rive attiré par une Bergeronnette grise qui sautille de droite à gauche quand j’aperçois au loin le profil égyptien d’un Courlis. Je tente ma chance et me dirige vers ce bec courbé qui me surveille de loin. je progresse lentement en restant persuadé que le Courlis aura décollé bien avant que je ne puisse le cadrer. Et là surprise, non seulement il n’a pas décollé mais il est le guetteur de tout un groupe de Courlis qui se repose au bord de l’eau. la position couchée est idéale pour approcher les oiseaux de ce biotope de bord de mer.
Je reste là, allongé dans la vase du fond de la baie et je profite de chaque rayon de soleil pour saisir les allers et venues d’une vingtaine de Courlis … Courlis corlieu, en effet, Leur bec fait un peu moins de deux fois la longueur de la tête, et ils ont deux bande crânienne très foncées.
Quand la grêle finit par avoir raison de moi, j’ai les doigts gelés, je me replie toujours à plats ventre et sans déranger la pose de ces beaux oiseaux.

0 81